Région Nord-Pas-de-Calais : Fin du droit d'alerte

Le 22 Février, la CGT a déposé un droit d’alerte pour mettre la Direction face à ses responsabilités concernant l’état de santé des salariés sur l’ensemble des PAP.
La Direction cherchant à tergiverser et contester le bien fondé de notre démarche, la CGT a provoqué  une réunion d’un CHSCT exceptionnel qui s’est déroulé le 10 Mars dernier.
Au terme de cette réunion, le droit d’alerte a été maintenu sur 3 PAP et le principe d’une évaluation des risques psychosociaux sur tous les sites de la région a été validé.
Une  enquête conjointe a été  menée par un membre de la Direction et les élus CGT.
La CGT estimant les propositions de la Direction insuffisantes, un CHSCT exceptionnel s’est déroulé le 30 novembre 2011 en présence de l’inspectrice du travail de Lille et une représentante de la CARSAT.

LILLE

Suite au droit d’alerte :

Effectif :
La Direction s’est engagée  à recruter 2 Conseillers-Vente pour ce PAP. :
– Arrivée d’une Téléconseillère en mutation à partir du 01/02/2012,
– Embauche d’une salariée venant de Macif Mutualité qui débutera sa formation le 01/02/2012 et qui sera opérationnelle en juin 2012.

>Dans l’immédiat, les Organisations Syndicales ont réclamé une mesure d’urgence : maintien d’un effectif minimum, chaque jour, de 6 employés présents en permanence jusque fin mai 2012.

La  Direction a accepté cette revendication en précisant qu’elle pourra faire appel à un intérimaire pour tenir l’accueil.

>2 conseillers vente sont devenus Vente/Après-Vente.

Garantie de remplacement en équivalence de compétence en cas de mutation d’un conseiller du Bureau.

Environnement de Travail :

–    Les travaux de réfection du PAP débuteront au 1er trimestre 2012.

HENIN-BEAUMONT :

Manque de compétence en IRD : une formation sur la saisie EVI a bien eu lieu le 24 octobre pour 4 conseillers Vente-Après-Vente ; la CGT a maintenu la revendication des salariés du PAP : un conseiller MAP/MAS supplémentaire.
La Direction s’est engagée à former une personne supplémentaire dans ce domaine en 2012.

DUNKERQUE

>    Niveau sonore élevé : Monsieur BARBARIN s’est déplacé avec un expert pour déterminer les travaux éventuels à mettre en œuvre ; un rapport sera présenté lors d’un prochain CHSCT.
>    Effectif : La Direction a accepté, sauf site en plus grave difficulté, de donner la priorité au PAP de Dunkerque pour la mission d’itinérants afin de  garantir un effectif de 4 salariés et ce, jusqu’au CHSCT de mars 2012. La Direction s’est engagée à revenir sur les conditions de travail des salariés lors de ce CHSCT.

Mesure commune aux sites de LILLE et HENIN-BAUMONT :

>    Envoi d’un médiateur pour améliorer le collectif mis à mal par la stratégie de l’entreprise (objectifs individuels, management…).
>    Le cahier des charges devra être présenté et validé par le CHSCT.
>    Il est bien entendu que la visite du médiateur sera soumise à l’approbation des salariés.

Evaluation des risques psychosociaux (R.P.S.) :

Le questionnaire marquant le début de l’enquête R.P.S. est disponible en ligne.
Nous vous invitons à participer massivement à cette enquête suivie par les représentants au CHSCT.

Durant cette réunion, les représentants CGT n’ont pas éludé les problèmes de fond :

–    l’organisation du travail,
–    les objectifs individuels,
–    Le conflit de valeurs : celles affichées par la Mutuelle et auxquelles ils adhèrent et les pratiques et organisations managériales qui les contredisent.
–    le manque d’autonomie aux prises de décisions associé à la multiplicité des produits et à la charge de travail laissent apparaître les risques psychosociaux,
–    les entretiens de progrès qui débouchent sur un sentiment de culpabilisation, de non reconnaissance et dévalorisation.

Compte tenu des engagements fermes de la Direction,  le CHSCT a validé la clôture du droit d’alerte.

Conclusions de l’inspectrice du travail :

–    Il est impératif de  repenser la façon dont se déroule les Entretiens de Progrès.
–    Valide la démarche sur les R.P.S. et  insiste sur son suivi et sur l’anticipation des risques,
–    Pense qu’il faut revoir le rôle de l’encadrement des sites pour éviter des pressions supplémentaires,
–    Précise que la notion de « danger grave et imminent » était justifiée et que le droit d’alerte  a permis d‘activer les leviers à temps,
–    Souhaite que le dialogue se poursuive entre la Direction et les Organisations Syndicales pour éviter que la situation ne s’aggrave encore.

LA CGT VEILLERA ATTENTIVEMENT AU RESPECT DES ENGAGEMENTS PRIS.

LA CGT N’HESITERA PAS A INTERVENIR CHAQUE FOIS QUE LA SANTE DES SALARIES EST SUCCEPTIBLE D’ETRE MISE EN CAUSE.