[APPEL A LA GREVE] – Téléphonie, ce n'est pas fini !

Quand les Directeurs régionaux « font le tour »

Les grèves ont au moins cet avantage qu’elles rappellent aux lointains et éminents dirigeants du Groupe que des petites mains font le travail et que sans elles, rien n’est possible. Cela bien sûr si, et seulement si, la grève est un succès.

Il faut croire que les grèves sur la téléphonie sont un succès puisque les Directeurs régionaux éprouvent le besoin de rencontrer les téléconseillers. Ils font le tour des MACITELS et apportent la bonne parole. Ils  donnent des informations que les collègues ont déjà reçues de la part de la CGT mais aussi quelques précisions  qui ne sont guère rassurantes.

Un  taux d’efficacité mesuré par ¼ d’heure

Cela s’appelle l’adaptation des effectifs aux flux, dans un cadre à iso effectifs, cela a pour conséquences directes ; Une tension permanente dans la prise d’appels, les périodes d’accalmie se feront de plus en plus rares et une extrême rigidité en matière de planning.

Dans ces conditions par exemple, l’encadrement ne pourra pas répondre avant la dernière minute à une demande de récupération pour une cause impromptue, il lui faudra d’abord mesurer le taux d’efficacité dans le ¼ d’heure qui précède et on ne parle pas de la prise de tête autour de la pose des congés.

Le flux tendu en matière d’effectifs et l’adaptation aux flux en matière de taux d’efficacité sont les gages d’une fatigue accrue et des conséquences sur la santé à mesurer très sérieusement.

En réalité, la tournée des Directeurs n’a qu’un but : mettre le paquet pour faire entrer une fois pour toute dans le crâne des téléconseillers que ce qui a été décidé par la Direction Générale et approuvé en CCE par les élus CFDT le 17 octobre devra s’appliquer. Ce projet enfermera les téléconseillers dans un carcan quotidien, voilà ce qui fera mal. Et ces gens, qui les appellent à se résigner, sont-ils prêts à assumer les dommages collatéraux de ce carcan ?

Nous disons que ce qui protège les salariés ce n’est pas la résignation,

MAIS la solidarité et la mobilisation.

C’est la mobilisation dans toute l’entreprise qui a contraint l’employeur à prendre des gants en repoussant la mise en place du projet à fin 2015 au lieu de fin 2014 pour les régions qui ferment à 18H00 en semaine. C’est encore la mobilisation qui fait que les Directeurs régionaux s’adressent directement aux téléconseillers. Sans elle, aux yeux de la Direction, les salariés ne sont plus que des « ressources », des « collaborateurs » dociles. C’est encore elle qui, si elle croît, fera progresser les choses dans le bon sens.

Gardons à l’esprit qu’une autre organisation est possible, une organisation qui réponde aux besoins des sociétaires en faisant que les téléconseillers seront là  sur toute l’amplitude, en capacité de prendre les appels d’apporter une réponse. Une organisation qui réponde la nécessité d’améliorer les conditions de travail en limitant le nombre d’équipes, en n’étant pas contraints de changer d’horaire tous les jours. Bref, un projet qui fait envie, avec des effectifs au complet pendant une amplitude entre  9H00 et 18H00. Avec un relâchement à certains moments de la journée, permettant l’indispensable récupération et la diversification de la mission.

Vous êtes téléconseiller et ce projet vous fait envie ? Vous êtes solidaires des téléconseillers ? Vous voulez enfin une amélioration des conditions de travail ?

ALORS DITES-LE LE 22 NOVEMBRE

La CGT appelle les salariés à se mettre en grève le 22 novembre, jour d’une paritaire sur le PMT, d’une heure à la journée toute entière.

LE 22 NOVEMBRE : FAITES SAUTER LE CARCAN

Contact numéro 5 : La Solidarité est une farce

tontons-flingueurs-1963-20-g–     A c’qui parait qu’on nous mitonne une ch’tite réorg pas piquée des hannetons.
–     Encore ?! Pourtant y’a Bébert qui m’a dit qu’ils ont juré que ça serait la dernière
–     Bébert va falloir qu’il atterrisse, parce les michetons d’la DIT en sont encore à se demander ce qu’ils vont bien pouvoir marner demain, vu que du boulot est refilé aux prestataires et qu’en plus, ils veulent les virer les prestataires. A ce qu’on m’a dit, paraîtrait même qu’ils voudraient revenir en arrière, parce que leur usine à charbon elle a pas l’air de cracher beaucoup de flammes. Veulent fermer la boutique on dirait.
–     Ben c’est comme à la DMD, ils ont pris les gars du CE pour des lapins de 6 semaines en leur disant que tout allait bien, qu’ils avaient préparé une trop belle organisation. Style, iso-effectifs qu’ils ont dit. Le résultat du turf, c’est qu’ils sont encore à se gratter la tonsure pour savoir où ils vont placer tout ce beau monde, qu’il y a encore une palanquée de cow-boys qui arrive de province pour ranger les tepees des indiens du siège qui valent pas un ragondin, et qu’avec tout ça, faut faire des économies pour payer les nouveaux darons.
–     Plus d’agendas papier qu’ils ont dit ! Trop cher, faut aller sans papier sur Lotus !
–     Et tu fais comment quand t’es pas au bureau et que t’as pas l’aïl fone ?
–     Système D Polo, système D.
–    Y’a un pote ingénieur à Grenoble qui m’a dit que c’était pas mieux pour Macifilia.
–    Ah bon ? Tout allait bien qu’ils disaient.
–    Tu parles. Peuvent même plus bosser. Les boss avaient promis un nouveau programme pour aller plus vite, mais comme y’a plus de fraîche, on met tout sous le tapis, et les gars se retrouvent à mettre 10 fois plus de temps qu’avant pour faire le même taf. T’imagines ?
–    Ça a l’air d’aller vachement bien dans ta taule…

Ce mauvais dialogue est malheureusement le reflet d’une triste réalité. Sous prétexte de PMT et d’objectifs à atteindre, on en profite pour faire passer n’importe quoi n’importe comment, sans même savoir, au-delà des grands discours et des communications managériales à la limite de l’overdose, où l’entreprise se dirige.    Et ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent : Mal-être, perte de repères, surcharge pour certains, placardisation pour les autres, flicage, pression, écrêtements, économies de bout de chandelles quand on nourrit grassement nos « chers » dirigeants. Et il suffit d’écouter autour de soi pour se rendre compte des dégâts qu’une absence d’écoute, voire une attitude de mépris, peut faire sur des humains.

STOP ! CE, DP, CHSCT ne sont pas des instances fantômes. Ce n’est que par la solidarité entre collègues que nous pourrons faire avancer les choses. Non, la solidarité n’est pas une FARCE.

Contactez vos élus !

Téléchargez le tract au format PDF

Tous ensemble numéro 6 : Message de la CGT aux salariés Macif

Téléchargez le tract au format PDF

POURQUOI LA CGT PARLE DES AMPLITUDES :
– La clé de voûte du problème sont les amplitudes. Nous disons que plus la plage est étendue , plus les horaires seront disloqués (horaires différents d’un jour à l’autre à l’embauche et à la sortie + temps et horaires de repas déstructurés).
– La CGT propose donc une amplitude 9h00 18h00, avec un maximum d’effectifs présents sur l’équipe 9H00, ce qui permettrait de diminuer le nombre d’équipes et donc le nombre d’horaires différents.
– L’avantage de cette proposition est de permettre de juguler les flux dès l’ouverture par un effectif important.
– Avoir beaucoup d’effectifs le matin génèrera quelquefois un sureffectif à certains moments de la journée. Pour répondre à l’employeur qui trouve cela inenvisageable, nous disons que ces périodes moins occupées pour les
téléconseillers permettront une diversification de leur activité. Avec des horaires décents et une diversification de l’activité, nous répondons à l’exigence des salariés qui veulent de meilleures conditions de travail.
Et lorsque l’employeur prétend améliorer les conditions de travail des téléconseillers en donnant de la visibilité sur les horaires sur une longue période (1 année par ex.), nous disons que la visibilité n’améliore pas les conditions de
travail dès lors que ces horaires sont déstructurants.

C’est sur ces bases que la CGT appelle aux mouvements de grève. Et alors que des salariés mènent pied à pied la lutte pour ne pas voir
dégrader davantage des conditions de vie au travail déjà peu réjouissantes, un certain syndicat trouve plus urgent de mener sa
campagne électorale, incitant les salariés à se démobiliser et dénigrant la CGT avec une rare arrogance et à tout propos.
Sans honte, il titre un de ses tracts par « PMT : La CFDT obtient une négociation »Nous disons que c’est FAUX,
la CFDT N’A RIEN obtenu et cela pour deux raisons :
 Les réunions sur le PMT NE SONT PAS des négociations – Dixit la délégation de l’employeur à maintes reprises.
 Les réunions supplémentaires n’ont pas été obtenues par les ronds de jambes des plus compréhensifs des syndicalistes, mais par la lutte des salariés qui mènent des actions régulières depuis le 2 avril.
 Ce que la CFDT revendique surtout c’est une meilleure pédagogie sur le projet de l’employeur.
Méfiez vous de ceux qui vous empêchent de vous indigner en cherchant à casser les grèves….
POUR LE RESTE, NOUS SOMMES EN REUNION CE 30 MAI SUR LA TELEPHONIE… COMME D’HABITUDE, LA CGT VOUS TIENT AU COURANT…
ALORS SUIVEZ LE FIL…..

Contact numéro 3 – PMT, halte à la culpabilisation

Télécharger le tract complet au format PDF

Après des années de navigation à vue, le nouveau Directeur Général reprend la barre. D’aucuns diront que c’était nécessaire. Sur le fond, évidemment ! Sur la forme, les évidences sont ailleurs.
Les élus CGT, au travers des échanges avec les salariés, font le même constat alarmant :
Les réorganisations successives, passées (DAD, ex-Macifilia, DIT), en cours (DIT) ou à venir (DMD) entretiennent le doute
quant à l’avenir de chacun, l’exercice de son métier et son positionnement dans l’entreprise.
La pression sur l’encadrement (même au niveau des cadresde direction) se reporte sur tous les collaborateurs. Les arrêts maladie s’enchaînent (même à haut niveau), la démotivation est palpable et cette période d’entretiens de « progrès » révèl bien des situations alarmantes.
Pendant que le PMT nous impose des objectifs de résultats plus qu’ambitieux, les moyens pour y parvenir sont réduits de
manière drastique, les embauches indispensables deviennent comme par magie facultatives, la pression augmente d’un cran
chaque jour, générant bien entendu une souffrance au travail accompagnée d’une bonne dose de démotivation.
La santé de l’entreprise passe par celle des salariés. Si la situation continue de se dégrader, c’est l’entreprise toute
entière qui se met en danger.
Il est du devoir de la CGT d’alerter sur le fait que la marche forcée qui nous est imposée provoque déjà des dégâts
et les C.M.T (Conséquences à Moyen Terme) sont d’ores et déjà faciles à imaginer…
Alors n’y ajoutons pas de CULPABILITE !
Non ! Les salariés ne sont pas responsables des maux dont on veut les accuser
Non ! Les cadres ne sont pas tous responsables du mauvais rôle qu’on veut leur faire jouer.
Non ! Les salariés ne doivent pas culpabiliser si les conditions ne permettent pas de faire son boulot correctement.
Ce sentiment de culpabilité, finement entretenu, cherche à isoler le salarié en souffrance pour qu’il pense être le seul dans ce cas. Malheureusement, les élus CGT constatent quotidiennement que cette souffrance est partout. Si vous vous sentez isolé, si vous avez besoin de vous défendre, les élus CGT sont là pour vous accompagner et vous aider à gérer votre situation. Ce n’est que de cette façon que vos droits peuvent être défendus.

Tous Ensemble numéro 5 : PMT, des grèves et des grèves

Téléchargez le Tous Ensemble numéro 5

Au mépris de la consultation obligatoire des CE et des CHSCT, au mépris des pseudo négociations en cours au niveau national, la Direction déploie son pmt comme un rouleau compresseur : Ce sont les téléconseillers et cadres des macitels qui essuient les plâtres. Les cadres de terrain sont d’ailleurs chargés de faire passer le message : au niveau de la téléphonie, tout serait fait, il n’y aurait
qu’à se plier aux ordres du directeur général.
Dans le même temps, le DRH national, la bouche en fleur, assure aux OS que la discussion n’est pas terminée.
Intéressons-nous plutôt à la situation réelle :

– Il est clair qu’en matière de téléphonie – et sans doute pas seulement en matière de téléphonie- la Direction a un projet ficelé – probablement tramé depuis longtemps- qu’elle compte faire gober à tou-te-s et dont les principales caractéristiques sont 😮 Une plage horaire allant de 8H30 à 18H30 en semaine et 8H30 à 1700 le samedi.o Un EP par mois assorti d’un passage à la moulinette d’une minute par jour en plus de l’EP annuel.
o Généralisation du décroché automatique
o Comparaison permanente entre régions, équipes et salariés……
o Les cadres devront être présents du lundi au samedi, et pourquoi pas du matin avant l’arrivée des téléconseillers pour les accueillir
jusqu’au soir après le départ du dernier pour leur dire au revoir ?
– Il est clair que la Direction ne fait aucune place aux salariés dans ce projet.
Le Projet téléphonie du PMT c’est :
– NON à la demande de la CGT de prendre en compte la pénibilité du travail de télé conseiller
– NON à la demande de la CGT de reconnaître les qualifications.
– NON à la reconnaissance et à l’extension des particularités régionales (lib’info, diversification de la fonction par la gestion, horaires adaptés, suppression du décroché automatique ou mise en place de plages horaires….)
Si les salariés ne veulent pas de ces projets et se mobilisent partout, la DIRECTION DEVRA REVOIR SACOPIE.
– Les salariés sont beaucoup plus forts lorsqu’ils sont unis….l’employeur le sait, c’est pourquoi il segmente la mise en place du PMT et prévoit d’attaquer les domaine de métiers les uns après les autres :
Salariés des OPGA, PAP, SUPPORT :
Mobilisez vous tout de suite.
La CGT appelle tous les salariés à soutenir dès maintenant les collègues en lutte, qu’ils soient de Centre Europe, Ile de France, Loir Bretagne, Nord Pas de Calais, Provence Méditerranée, Rhône Alpes…. En étant solidaires, ils montrent qu’ils sont d’ores et déjà dans la mobilisation.

Tous Ensemble Numéro 4 : PMT et téléphonie.. à l'eau ?

PMT: Aujourd’hui les Macitels,  demain les PAP et les OPGA
(téléchargez le tract au format PDF)

Lors d ‘une réunion paritaire nationale du 14 mars 2013 la direction générale a présenté son premier projet du PMT, ses orientations en matière de téléphonie:

–    Ouverture des PAT en semaine  de 8h30 à 18h30
–    Ouverture des PAT le samedi de 8h30 à 17h00
–    Mise en place d’un entretien mensuel et d’un échange « minute » quotidien en plus de l’EP, et suivis…
–    Généralisation du décroché automatique
–    Mise en place d’une analyse comparative entre régions, équipes et entre salariés
–    Généralisation des challenges commerciaux tout au long de l’année
–    Mise en place de boîte à idées

Alors même que le sujet doit être discuté sur deux futures paritaires fixées les 16 et 30 Avril prochain, sous prétexte de transparence, des réunions d’information sur ce sujet s’organisaient déjà dans toutes les régions le lendemain voire le jour même, allant parfois jusqu’à laisser croire que ce projet  était finalisé; cela au mépris des instances représentatives du personnel (CCE, CHSCT, CE) qui doivent être consultées préalablement.

M’sieurs, dames !!! Demandez le programme !!!

Modification de l’amplitude horaire: quid de la longueur des journées de travail ?    Quid des pauses repas ?
Entretien et suivi: management de proximité ou management « sangsue » ?!
Décroché automatique ou « à la recherche du temps perdu » ?
Analyse comparative: Benchmark quand tu nous tiens ! Rappelons que la caisse d’épargne a été condamnée pour ce genre de pratique…
Boîte à idées: histoire d’impliquer encore plus les salariés dans leur propre exploitation…

Il est certain que si la direction arrive à imposer ce projet  catastrophique pour les téléconseillers  en terme de condition de travail, des organisations du même acabit suivront dans la foulée dans les PAP, les services OPGA et supports.

Ce projet illustre déjà ce que sera le PMT, à savoir

L’uniformisation des plus mauvaises pratiques

La CGT n’est pas dupe de la stratégie de la direction
et contre attaque !

La tactique est bien connue: pour éviter un mouvement d’ampleur, on s’attaque aux services les uns après les autres de façon à ce que tout le monde ne se sente pas concerné en même temps…

Dans toutes les régions, les militants CGT vont à la rencontre des téléconseillers en vue de déterminer avec eux les moyens qu’il convient de mettre en œuvre pour faire reculer la direction sur ses prétentions.

La coupe est pleine ! Il nous faut réagir avec tous les moyens dont nous disposons.

Nous appelons  les salariés à se mobiliser

L’entreprise est à un tournant décisif de son histoire, nous avons la responsabilité de faire en sorte qu’elle ne s’engage pas dans une voie qui nous emmènerait très loin de nos valeurs mutualistes.