Tous Ensemble numéro 12 – 2014 : NAO 2014

Sujet chaud, très chaud !

Les 10 plus haut salaires se sont augmentés de 5,9% en 2013 soit 1200 euros bruts chacun par mois !

Et que vous propose-t-on cette année et les années à venir? Des miettes pour lesquelles vous devrez vous battre contre vos collègues dans un système d’hyper individualisation des salaires !

Tous ensemble numéro 12

TEN °12 Pour consulter l’intégralité du tract ainsi que la grille de calcul, téléchargez-le au format PDF

NAO 2013 : La CGT demande 3% d’augmentation générale avec un minimum de 300€
Pour cette NAO 2013, la CGT reprend ses propositions 2012 qui s’appuyaient sur une grille de salaire qui reste tout à fait pertinente aujourd’hui.
o Aucun salaire de fonction ne doit être inférieur au minimum établi par la CGT soit 1700€ brut par mois.
o Un gel des salaires à partir de 100 000€ par an.
La réduction progressive de l’écart entre les niveaux 1 et 7 de manière à arriver à une échelle de 1 à 2. Nous proposons dans la 1ère étape de
passer de 2,9 à 2,4 d’écart de salaire.
o La revalorisation des bas salaires en augmentant de 10% ceux-ci avec un minimum de 300€.
o Un salaire multiplié par deux entre le début et la fin de carrière dans un même niveau avec une progression plus rapide en début de
carrière. Pour garantir cela, nous proposons 10% d’augmentation sur le minimum du niveau à 3 ans, 25% à 7 ans, et 50% d’augmentation à 15 ans.
o Le calcul se fait sur la base d’une carrière de 40 années au bout desquelles on trouvera le salaire maximum.
o Dans cette logique nous demandons la suppression des augmentations individuelles.
o Enfin retenir le principe qu’à partir de 2014, l’ensemble des rémunérations du Groupe soient augmentées du même taux que celui appliqué aux 10 plus fortes rémunérations (5,76% en 2012).

Tous ensemble numéro 13 : NAO, à côté de la plaque

Télécharger le tract au format PDF

L’ANALYSE DE LA CGT

Pour la NAO 2012, la CGT  demande :

–    3% d’augmentation générale
–    Une revalorisation  des grilles de salaires de 10% avec un minimum de 300€.
–    Un rapprochement du statut ID MACIF de celui de la MACIF.
–    La mise en place d’une retraite sur complémentaire [qui vient en plus de la retraite et de la retraite complémentaire versée par ARRCO et AGIRC] pour tous les salariés comme elle existe déjà pour les cadres dirigeants de l’entreprise.

Le projet CGT est très éloigné de ce que la Direction propose. Le CCE a émis un avis défavorable au projet d’accord NAO 2012.

En effet, l’employeur surfe sur l’idée d’une MACIF affaiblie, un peu appauvrie pour mieux faire admettre cette NAO au rabais où personne ne trouvera son compte. Cela permet peut-être aussi de préparer les salariés à la patience et la résignation face à ce qui les attend.

Notons au passage que l’appauvrissement de l’entreprise  n’empêche pas la Direction de poursuivre les mêmes stratégies et notamment de continuer la banque – Banque à propos de laquelle la seule question qui vaille est non pas de savoir si elle va se développer, mais combien la MACIF est prête à perdre pour elle !  Rappelons que paradoxalement le PMT veut s’attaquer aux foyers de pertes…..

La CGT, elle, avance l’idée que par la reconnaissance de ceux qui y travaillent, la MACIF investit dans ses plus grandes forces : le savoir faire et la motivation des salariés.

Le projet CGT, au lieu de prôner la compétition, l’évaluation et la pression est une perspective valable pour le présent mais aussi pour l’avenir. Il vise à recréer, à partir du salaire, de la sécurité dans le parcours professionnel, du collectif dans le travail et de la reconnaissance.

INFO DE DERNIERE MINUTE :

L’employeur propose, en cas de signature de l’accord, une prime unique de 200€ au 1er janvier 2013 pour les salariés percevant une rémunération inférieure ou égale à 1,5 fois le SMIC soit 2138,55 brut de base  (environ 1710€ net) et un budget d’augmentation individuelle à 1,20%.
Ces propositions restent extrêmement timides pour ne pas dire dérisoires (+1€ pour les AI et moins de 20€ par mois non intégré dans le salaire de base  pour les salaires les moins élevés et par rapport à la proposition initiale de l’employeur) et bien  trop éloignées des propositions de la CGT pour emporter sa signature.

Contact numéro 6 : Travailler plus pour perdre plus

A la suite du changement d’organisation du temps de travail (généralisation de l’alternance 4jours/5 jours pour les
employés et de la semaine de 35 heures avec 22 jours de RTT pour les cadres intégrés), la CGT vous a consulté en
début d’année sur votre situation personnelle en matière de temps de travail (voir Contact n° 1).
Vous êtes un peu plus d’une centaine à avoir répondu et nous vous en remercions.
L’analyse globale fait ressortir une relative insatisfaction face à cette nouvelle organisation, une dérive des 31h
30 avec de nombreux dépassements d’horaires, réguliers ou non selon les services, ainsi qu’une difficulté à
poser tous ses congés, RTT ou jours non travaillés (pour les cadres autonomes).
Ces premières appréciations sont confirmées par les chiffres 2011 fournis par la Direction Générale concernant le
Siège Social, donnés récemment aux organisations syndicales dans le cadre de la NAO (Négociation Annuelle
Obligatoire).

Pour lire la suite, téléchargez le PDF complet

Tous ensemble numéro 10 : NAO les propositions de la CGT

Téléchargez le Tous Ensemble au format PDF

NAO 2012 :

Les propositions de la CGT

La proposition CGT pour la NAO 2012 est fondée sur 3 demandes structurantes :

3% d’augmentation générale des salaires, une sur complémentaire retraite et la revalorisation générale de la grille des salaires avec un minimum de 300€ pour les salaires les plus modestes.

3% d’augmentation générale

Avec un gel des salaires à partir de 100 000€/an

En s’appuyant sur les hausses de prix entre 2011 et 2012 des postes principaux que constituent l’alimentaire, le loyer, l’énergie, le transport et le vestimentaire, la CGT estime qu’un minimum de 3% d’augmentation générale permet de compenser la perte de pouvoir d’achat.

UNE SUR COMPLEMENTAIRE RETRAITE

Il s’agit de pallier le manque à gagner sur les pensions des futurs retraités que nous sommes tous. Les dirigeants de la MACIF ont d’ailleurs bien compris l’importance de cette sur complémentaire puisqu’à partir d’un certain niveau, ils en bénéficient. Il serait particulièrement injuste de persister dans le refus d’en faire bénéficier tous les salariés de l’UES. Il faut savoir également que cela existe au niveau du groupe comme par exemple à MUTAVIE.

Il s’agit par la combinaison des art. 83 et 39 du code général des impôts, de garantir, en plus des pensions sécurité sociale, ARRCO et AGIRC (pour les cadres), un niveau supplémentaire de pension d’au moins 5% du dernier salaire brut d’activité.

La CGT propose une cotisation de 5% du salaire répartie de cette manière : pour les cadres : 3% à charge de la MACIF et 2% à la charge du salarié, et pour les employés : 4% à charge de la MACIF et 1% à charge du salarié.

LA REVALORISATION DES GRILLES DE SALAIRES

Six principes servent de base à cette revalorisation demandée par la CGT :

–         Aucun salaire de fonction ne doit être inférieur au minimum établi par la CGT soit  1700€ brut par mois.

–         La réduction progressive de l’écart entre les niveaux 1 et 7. Il s’agit d’arriver à une échelle de 1 à 2. Nous proposons dans la 1ère étape de passer de 2,9 (écart actuel) à 2,4 d’écart de salaire.

–         La revalorisation des bas salaires en augmentant de 10% ceux-ci avec un minimum de 300€. Les minima des niveaux 1 à 3B seraient ainsi augmentés de 300€ par mois.

–         Le calcul se fait sur la base d’une carrière de 40 années au bout desquelles on trouvera le salaire maximum.

–         Un salaire multiplié par deux entre le début et la fin de carrière dans un même niveau avec une progression plus rapide en début de carrière afin de répondre aux besoins des plus jeunes qui entrent dans le monde du travail, fondent leur famille, font construire, etc.…. Pour garantir cela, nous proposons  10% d’augmentation sur le minimum du niveau à 3 ans, 25% à 7 ans, et 50% d’augmentation à 15 ans.

–         Dans cette logique de garantie de l’évolution des salaires, nous demandons la suppression des augmentations individuelles.

grille-salaire-CGT

Tous Ensemble numéro 24 : Négociations annuelles, ce qu'en pense la CGT

Vous pouvez télécharger le Tous Ensemble numéro 24 au format PDF

Augmentation générale des salaires (1er janvier 2012) : 2.15%
Budget des augmentations individuelles (1er  juillet 2012) : 1.25%
Budget alloué à l’égalité Hommes/Femmes : 0.1%
Majoration des frais de déplacement (1er  janvier 2012) : 5%
Réduction de cotisation pour les sociétaires salariés.

Salaire et pouvoir d’achat

L’augmentation générale est un peu au dessus de ce à quoi l’employeur nous  avait habitués ces dernières années (rappelons-nous la provocation de 0% d’augmentation au 1er janvier 2010 et 1.35% au 1er janvier 2011). C’est sans doute au mécontentement de plus en plus palpable des salariés que nous devons ce léger effort. Le rassemblement à  l’initiative de la CGT devant le siège social parisien du 16 novembre fut d’ailleurs un franc succès.

Le taux de 2.1% est cependant inférieur à la hausse des prix sur l’année selon l’INSEE qui est de 2.3% en moyenne en octobre 2011. Cependant, cet indice INSEE varie énormément selon le secteur d’activité puisque l’indice des prix est de 3,4% pour l’alimentation, 2,3% pour l’habillement et 11,2% pour l’énergie. Seuls les loyers connaissent une hausse inférieure à 2,1% (1,9%). Donc, une fois de plus,  l’augmentation générale ne couvre pas la perte de pouvoir d’achat sur l’année écoulée.

Dans ses calculs, l’employeur, lui,  ajoute augmentation générale et budget des augmentations individuelles pour dire que le budget des augmentations est de 3.40% donc supérieur au taux de l’INSEE. C’est un peu vite oublier que tous n’ont pas 1.25% d’augmentation individuelle, loin s’en faut.

L’effort est donc bien insuffisant pour répondre aux problèmes de pouvoir d’achat des salariés et pour emporter l’accord de la CGT qui demande 10% d’augmentation générale avec un minimum de 300€ et pas de salaire de fonction en dessous de 1700€.

Cette augmentation représente un peu plus de 50 M€ soit beaucoup moins que les centaines de millions perdus pour rien ces dernières années dans les stratégies que l’on sait.

Au  lieu des dépenses hasardeuses, l’augmentation de 10% avec un minimum de 300€ constituerait un investissement réel dans la première force de l’UES : ses salariés.

Egalité Hommes/Femmes

En matière d’égalité Homme/Femme, l’employeur se propose d’agir sur 3 domaines : l’embauche, la promotion professionnelle et la rémunération.
La CGT souhaite que la question des conditions de travail soit au centre du projet. En effet, les femmes font beaucoup plus souvent que les hommes le choix de sacrifier le salaire (temps partiels) aux conditions de travail. Elles renoncent également beaucoup plus souvent que les hommes aux promotions à cause de la charge de travail des cadres et donc des conditions de travail des cadres.

Réduction de cotisation pour les salariés sociétaires

Dans le cadre de cette NAO et sur demande de la CGC, l’employeur propose que les salariés sociétaires bénéficient d’une réduction de 15% sur le contrat auto et sur le contrat habitation. La CGT n’est pas d’accord avec cette idée, pourquoi ?

Parce que les valeurs mutualistes veulent que tous les sociétaires soient traités de la même manière. Ce ne sera plus le cas avec cette réduction.

Parce que tous les salariés ne sont pas sociétaires et pour ceux qui le sont, l’importance de la réduction sera proportionnelle au montant de la cotisation. C’est donc les mieux lotis, ceux qui ont les plus gros revenus, qui bénéficient des plus grosses réductions.

Ainsi plutôt que déroger à un principe fondamental pour mettre en place une mesure à l’efficacité douteuse, la CGT demande 2 choses :

–    Que le budget des 15% de réduction soit ré injectés dans les augmentations générales.
–    Que la suspicion fréquente exercée  à l’encontre des salariés sociétaires – en cas de sinistre notamment –  cesse au nom, encore une fois, du principe d’égalité.

Manifestation du 16 novembre à PARIS [Album photo]

Le 16 novembre, date d’une des étapes de la négociation annuelle obligatoire (NAO) à la MACIF, a été l’occasion pour la CGT de montrer le ras-le-bol des salariés et de réclamer haut et fort que les choses évoluent, et pour une fois, dans le bon sens (le collectif).

Nous vous invitons à consulter les photos prises ce jour-là, jour festif et bruyant, mais jour d’action important pour les salariés.(Cliquez sur l’image ci-dessous pour lancer l’album photo)

Manifestation CGT 11 novembre 2011 Paris

Négociation annuelle obligatoire : les demandes réalistes de la CGT

TOUS ENSEMBLE  Télécharger le tract au format PDF
Journal d’information de la CGT – UGICT
UES MACIF
N° 23 – novembre 2011

La direction propose de consacrer un budget de 3,3% de la masse salariale à 3 postes : l’égalité Hommes/femmes (0,10%) l’augmentation générale des salaires et les augmentations individuelles. Sachant que pour l’augmentation  générale, la Direction propose de respecter le taux INSEE de la hausse des prix (entre 2,2 et 2,3%).

CE QUE DEMANDE LA CGT :
· 10% d’augmentation générale avec un minimum de 300€ mensuel (montant total de l’investissement = environ 50 millions d’€)
· Pas de salaire de fonction en dessous de 1700€
· Des effectifs
· La reconnaissance des qualifications
· L’arrêt de tout ce qui fait mal (individualisation, objectifs individuels, accompagnements, entretiens de progrès) et  une vraie réflexion sur un management alternatif. Ces demandes ne sont ni irréalistes, ni démago, y répondre est possible à condition de le décider.
Ce qui est irréaliste et dangereux, ce sont les choix stratégiques aussi stériles que coûteux : De MACIF Mutualité à MACIF Portugal en passant par MACIFILIA, ce sont des centaines de millions d’€ qui ont été dilapidés en quelques années

POUR RIEN !
Il est temps que cela change ; Il est temps d’arrêter ces stratégies qui se font contre les salariés. Il est temps que chacun revienne au travail avec l’envie au coeur et non le ras le bol. Il est temps que l’argent soit investi dans ce qui fait la
force de la MACIF ; ses salariés et leur savoir-faire.

Répondre aux besoins des salariés et leur permettre de bien faire leur travail est fondamental pour faire de la MACIF du XXIème siècle une entreprise forte, novatrice et porteuse d’un véritable progrès social. Avec les sociétaires (hausse des tarifs, multiplication des options payantes, démutualisation), ce sont les salariés qui ont payé ces mauvais choix par une politique d’austérité (le pan antisocial du plan directeur) et par une pression énorme sur les objectifs
induisant une souffrance au travail que l’employeur n’arrive plus à cacher. Le résultat, c’est qu’au risque de
fragilisation économique, il faut ajouter la démotivation d’une partie de plus en plus importante du personnel.

Le 16 novembre 2011, jour de NAO, la CGT appelait à une grève un peu partout en France et un rassemblement devant le siège parisien. Plus de 100 personnes ont répondu à cet appel et ont joyeusement et bruyamment manifesté leur
mécontentement au grand dam de la délégation de l’employeur qui n’aime pas le bruit….
TOUS ENSEMBLE POUR GAGNER

Tous ensemble numéro 21 : En grève pour gagner le 16 novembre !

Télécharger le Tous Ensemble numéro 22 au format PDF.
EN GREVE POUR GAGNER
Les augmentations de salaire pratiquement nulles, les effectifs toujours plus restreints et la pression lourde et permanente sur le chiffre sont le résultat d’une certaine politique sociale. Elle vise à presser les salariés tout en leur redistribuant le moins possible.
La méthode pour arriver à ce résultat est simple : empêcher l’expression des salariés et scléroser le dialogue social.
La menace de sanction pour dénigrement de l’entreprise à la moindre critique pesant sur chacun, on comprend pourquoi les erreurs stratégiques au coût de plus en plus élevé se sont accumulées ces dernières années.
Nous disons que ce qui est mauvais pour les salariés est mauvais pour l’entreprise.
C’est pourquoi il faut arrêter cette spirale et seuls des salariés présents et mobilisés pour faire entendre leur voix le peuvent.
Pour des augmentations de salaire et des effectifs à la hauteur des besoins
La CGT vous appelle à vous mettre en grève le 16 NOVEMBRE 2011, jour de NAO