Définanciariser l’entreprise et le travail

On y était !

Les Rencontres d’Options ont eu lieu ce 30 mars 2017 et ont posés les questions de la définanciarisation de l’entreprise, des initiatives pour reprendre le pouvoir face aux actionnaires, d’un autre statut pour l’entreprise, et de nouveaux droits pour les salariés.

Retrouvez des extraits vidéos de la journée sur https://www.facebook.com/pg/UGICT/videos/ ou sur https://blogs.mediapart.fr/613878/blog/290317/comment-definanciariser-l-entreprise

Ou un récapitulatif via le manifeste de l’UGICT : http://ugict.cgt.fr/entreprise/

En quelques mots :

  • La « financiarisation » de l’entreprise est le phénomène observé d’une diminution des investissements vertueux (recherche et développement, progrès sociaux et environnementaux, modernisation des outils de travail…) au profit des investissements purement financiers(spéculatifs, rentes…).
  • Ce phénomène impacte et touche tous types d’entreprises (Grandes, Mutualistes ou non, en SCOP ou non, les PME, les Prestataires, …).
  • Il s’agit principalement d’enrichir les actionnaires, qui fixent des seuils de rentabilité >10/15% du CA (Adieu les projets dont la rentabilité n’atteint pas ces seuils purement économiques, Adieu les projets dont les bénéfices sociaux et environnementaux se mesurent à long terme).
  • Ce phénomène est la conséquence de plusieurs facteurs conjoints et à tous niveaux :  la création des marchés financiers dans les années 80, les lois et règlements autorisant la circulation des capitaux, les décisions institutionnelles et publiques, l’action des lobbyists libéraux, la stratégie des chefs d’entreprise, la faiblesse des IRPS.
  • Bien que la tendance n’est pas au beau fixe, des résistances sont possibles à tous les niveaux comme la montrée une PME familiale aux choix de gestion radicalement différents (passage au 32h, investissements responsables avec en retour une augmentation de la productivité et une baisses des arrêts maladies…).
  • En réponse, il faut être radical et transgressif, dénoncer, informer, questionner. Les représentants du personnel ne doivent pas se contenter de répondre aux sollicitations de l’employeur, mais tenter d’aller au delà des communications de facade, et de poser, poser et reposer des questions qui dérangent.

Aller plus loin

L’optimisation fiscale est de la fraude fiscale pas encore censurée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*